Mentions légales
 
     
Représentant légal : Webmaster : Hébergement :
Charlotte.N. Chanyphotographie
22 rue du Quai
27400 LOUVIERS
Tél : 06 62 31 34 35 / 09 81 99 63 61

N° Siret : 52808700010
Charlotte.N. Chanyphotographie HostPapa
10-12, avenue de L'Arche
Faubourg de L'Arche
Courbevoie Cedex
92419 Paris La Défense

     
 
Conditions d'utilisation.

Le site accessible par les url suivants : www.chanyphotographie.fr est exploité dans le respect de la législation française. L'utilisation de ce site est régie par les présentes conditions générales. En utilisant le site, vous reconnaissez avoir pris connaissance de ces conditions et les avoir acceptées. Celles-ci pourront êtres modifiées à tout moment et sans préavis par la société Chanyphotographie.
Chanyphotographie ne saurait être tenu pour responsable en aucune manière d’une mauvaise utilisation du service.

     
Droits d'auteurs.

Le site http://www.chanyphotographie.fr est la propriété de la Société Chanyphotographie. L’ensemble du site relève de la législation française et internationale sur le droit d’auteur et la propriété intellectuelle. Toutes les données inclues dans ce site (textes, photographies, illustrations, icônes, animations, bases de données, etc... sont la propriété exclusive de la société Chanyphotographie. Toute représentation, utilisation ou reproduction (dans sa forme ou son contenu) du site www.chanyphotographie.fr est strictement interdite sans autorisation écrite préalable de la Société Chanyphotographie. Elle sera en tout état de cause soumise à l’obligation de faire apparaître la mention claire et lisible de l’adresse du site : www.chanyphotographie.fr. L’opposition de tout lien hypertexte Web pointant vers ce site Internet est soumis au même régime.
Toutes images, textes et éléments graphiques utilisés sans le consentement de la Société Chanyphotographie pourront faire l’objet de poursuites légales.
     
 
Protection des données personnelles.

Selon l''article 34 de la loi française n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, tout utilisateur ayant déposé sur le site des informations directement ou indirectement nominatives peut demander la communication des informations personnelles le concernant à l'administrateur du service, les faire rectifier ou supprimer le cas échéant en s'adressant au représentant légal du site Chanyphotographie.fr
 
 
Liens Hypertextes.

Chanyphotographie.fr ne dispose d'aucun moyen pour contrôler les sites en connexion avec ces sites internet. Chanyphotographie.fr ne répond pas de la disponibilité de tels sites et sources externes, ni ne la garantit. Elle ne peut être tenue pour responsable de tout dommage, de quelque nature que ce soit, résultant du contenu de ces sites ou sources externes, et notamment des informations, produits ou services qu’ils proposent, ou de tout usage qui peut être fait de ces éléments. Les risques liés à cette utilisation incombent pleinement à l'internaute, qui doit se conformer à leurs conditions d'utilisation.
 
 
Cookies.

Le site chanyphotographie.fr met un point d'honneur à respecter la vie privée sur Internet. Ce site utilise Piwik, un outil d'analyse web en temps réel.

 
Avertissement.    
     
L'article ci-dessous est issu du site officiel de l'UPC et rédigé en majeure partie par Philippe ESCHASSERIAUX, Avocat à la Cour

L'article 6 de la Loi du 11 Mars 1957, aujourd'hui devenue l'article L 121-1 du Code de la Propriété Intellectuelle, stipule :

  • L'auteur jouit du droit au respect de son nom, de sa qualité et de son œuvre.
  • Ce droit est attaché à sa personne.
  • Il est perpétuel, inaliénable et imprescriptible.
  • Il est transmissible à cause de mort, aux héritiers de l'auteur.


L'absence de signature ou en cas de signatures groupées, l'impossibilité d'attribuer à chaque photographe nommé les photographies dont il est l'auteur, constitue de même une violation des dispositions de l'article L 121-1 susvisé. Toutefois, le droit au respect de son nom étant l'un des attributs du droit moral de l'auteur, celui-ci peut, dans l'exercice de ses prérogatives, dispenser l'utilisateur de la mention de la signature. Il est alors indispensable que cette dispense fasse l'objet d'une disposition contractuelle de façon à éviter ensuite tout risque de contestation.

Lorsque sa signature a été omise, le photographe peut poursuivre la réparation de son préjudice du fait de l'atteinte portée à son droit moral. En effet il est incontestable qu'une photographie non signée, ou portant la mention DR équivalant à une absence de signature, ne peut que causer un préjudice au photographe dès lors qu'il est impossible de lui attribuer la photographie reproduite qui, rappelons-le est une œuvre de l'esprit au sens des dispositions de l'article L 112-2 du Code de la Propriété Intellectuelle. Comme telle, cette œuvre de l'esprit bénéficie intégralement de la protection légale, et toute atteinte justifie la réparation du préjudice qui en découle.

L'indemnité peut être déterminée d'un commun accord entre le photographe et l'éditeur ou d'une façon générale l'utilisateur de la photographie. Il est habituel de demander à titre d'indemnité une somme correspondant au double des droits de reproduction perçus en contrepartie de l'autorisation de reproduction. Si toutefois le préjudice serait particulièrement important, l'indemnité peut être supérieure.

En cas de désaccord entre les parties sur le montant de l'indemnité, ou en cas de refus par l'utilisateur de verser une indemnisation, le photographe se voit alors contraint de saisir la juridiction compétente qui, dans l'exercice de son pouvoir souverain d'appréciation, fixera le montant de l'indemnité. Il est alors indispensable que le photographe détermine de façon précise devant le Tribunal, l'étendue de son préjudice de manière à donner à celui-ci les moyens d'appréciation. C'est ainsi qu'une photographie diffusée dans un magazine à fort tirage ou dans le cadre d'une campagne publicitaire avec communication du plan média, permettra d'apprécier la gravité de l'atteinte portée au droit moral du photographe.

En outre, il est utile de fournir aux Tribunaux des éléments d'appréciation fondés sur les barèmes de droits de reproduction, étant à cet égard rappelé que ces barèmes n'ont jamais qu'un caractère indicatif et qu'ils ne s'imposent pas impérativement aux Tribunaux.

On ne saurait trop insister sur le fait que la signature est le moyen de reconnaissance de l'œuvre du photographe. En effet, si certains photographes peuvent être reconnus en raison d'un style très particulier, ou du domaine habituel des œuvres qu'ils photographient, la signature reste indispensable pour attribuer sans contestation l'œuvre à son auteur, à moins qu'il n'y ait eu substitution ou usurpation d'identité, ce qui arrive parfois, mais là encore c'est une nouvelle forme d'atteinte au droit moral de l'auteur.

S'il est vrai que l'absence de signature constitue le cas le plus fréquent d'atteinte au droit moral, il ne faut pas non plus passer sous silence les altérations et les atteintes à l'intégrité des œuvres, tels que le recadrage, le détourage, les photomontages, l'utilisation des œuvres à des fins dégradantes ou contraires à la volonté de l'auteur, le "légendage" inexact.

Toutes ces exploitations sont autant d'atteintes au droit moral qui justifient la réparation du préjudice subi par l'auteur. Il appartient donc à chaque photographe de veiller attentivement au strict respect de ses droits d'auteur, et notamment de son droit moral, et d'intervenir auprès des utilisateurs, soit amiablement, soit par voie judiciaire, chaque fois qu'il relève une infraction.

     

Copyright © 2000-2014 Chanyphotographie. Tous droits réservés. L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des conditions d'utilistation.
Mentions légales.